shutterstock_506137015.jpg

Thème :

Mobiliser les établissements d’enseignement supérieur

Les établissements d’enseignement supérieur, qu’ils soient francophones ou anglophones, sont l’un des piliers de notre développement social et économique. Nous croyons fermement que la vitalité de ces institutions est bénéfique pour tout le Québec et qu’elles ont un rôle essentiel à jouer dans la promotion et la protection de notre langue officielle.

La présence de la langue anglaise, notamment au chapitre des publications universitaires, se doit d’être mise en équilibre avec notre responsabilité de s’assurer que les Québécois peuvent poursuivre des études supérieures en français, notamment en priorisant l’accès au matériel didactique en langue française.

Nous croyons que les établissements d’enseignement supérieur, francophones et anglophones, doivent être des partenaires actifs en matière de promotion et de protection de la langue française. Il est important de leur donner toute la marge de manœuvre nécessaire en ce sens. Notre approche reflète l’importance de l’apport de ces institutions à la vitalité de notre langue commune.

Nous proposons donc :

15

De soutenir financièrement les établissements collégiaux et universitaires pour leur permettre d’offrir, sur leurs campus, des cours de français gratuits à tous les étudiantes et étudiants qui souhaitent parfaire leur maîtrise de la langue française;

16

De bonifier l’offre de cours en langue française dans les établissements collégiaux anglophones. Cette offre de cours ne devrait pas se limiter aux cours de français langue seconde, mais être encouragée en incluant au moins trois cours en français offerts dans chaque programme d’études;

17

D’offrir l’opportunité aux étudiants d’établissements anglophones de développer des programmes d’échanges culturels ou de stages d’immersion française dans les communautés francophones;

18

D’assurer l’accès des Québécoises et Québécois, issus des communautés d’expression anglaise, aux cégeps anglophones;

19

De maintenir le nombre actuel d’étudiants équivalent temps plein dans les cégeps anglophones.

 

Les propositions mises de l’avant ont fait l’objet d’une réflexion approfondie à la suite de plusieurs consultations.

Pour nous engager dans cette démarche, nous avons d’abord identifié les principes fondamentaux qui devaient nous guider. Pour nous, c’était nécessaire d’identifier les assises autour desquelles l’ensemble des Québécoises et Québécois, de toutes les origines, peut aisément s’unir et se rallier.